Les plantes fleuries robustes sur une fenêtre ou un balcon à l’ombre

« Pouvez-vous nous renseigner sur les plantes fleuries si possible, qui pourraient se plaire sur une fenêtre ou un balcon à l’ombre. Et que les pucerons et autres nuisances dédaigneraient. Que pensez-vous de ce problème parisien ? » m’a demandé Mohair, fidèle lectrice de mon blog Paris côté jardin. Je vais donc essayer d’y répondre…

Des plantes fleuries à cultiver en pot ou en jardinière dans un emplacement ombragé, il y en a quand même un petit nombre facile à trouver, aussi bien parmi les fleurs annuelles que parmi les plantes vivaces ou les arbustes.

Balcon fleuri avec un bégonia Fragrance, un hosta plantain et un bégonia Dragon Wing

Balcon fleuri avec un bégonia Fragrance, un hosta plantain et un bégonia Dragon Wing, photo Alain Delavie

Voici quelques exemples choisis parmi les végétaux les plus communs (cliquer sur chaque mot souligné pour accéder à un autre article avec une ou des photos de la fleur en question) :

  • Les bégonias semperflorens (à petit développement avec des fleurs le plus souvent petites) et les bégonias tubéreux hybrides (à fleurs simples ou doubles, à port dressé ou retombant) et le fameux bégonia Dragon Wing, vite opulent et à la floraison particulièrement abondante et généreuse,
  • Les balsamines et les impatiens hybrides,
  • Les coléus (qui fleurissent en belles grappes lâches bleu violacé, mais que l’on ébouttonne le plus souvent pour préserver la beauté du feuillage coloré qui vaut souvent toutes les floraisons),
  • Les fuchsias (petits arbustes à port dressé ou étalé à retombant, très nombreuses variétés, mais pour la plupart peu rustiques),
  • Les misères (Tradescantia fluminensis et variétés; Gibasis siderasis) qui fleurissent discrètement mais assez longtemps au printemps et en été,
  • Les heuchères, heucherellas et tiarellas (la diversité et le nombre des variétés sont tels qu’il serait possible de faire un balcon uniquement avec ces plantes vivaces rustiques),
  • Un grand nombre d’hostas, du miniature au plus exubérant,
  • Les minis cyclamens (pour fleurir l’arrière-saison seulement, de septembre jusqu’au coeur de l’hiver tant que les températures ne sont pas trop basses).

Mais parmi ces plantes fleuries, certaines sont sensibles aux pucerons (les fuchsias notamment) et surtout aux araignées rouges ou au thrips, deux acariens redoutables en été qui déciment les potées de balsamines, d’impatiens et de coléus plus particulièrement. Attention aussi avec les fuchsias, très sensibles aux invasions de mouches blanches ou aleurodes, si difficiles à éliminer.
Sur un balcon ou un rebord de fenêtre en pleine ville, les hostas sont rarement attaqués par les limaces, très friandes de ces belles plantes qu’elles transforment en dentelle. Mais dans une cour ou un jardin de ville, il faut être plus vigilant, car les « baveux » s’invitent partout où l’humidité est suffisante.
Les bégonias tubéreux sont souvent sensibles aux attaques d’oïdium (ou blanc), un champignon parasite qui grille leur feuillage et les fleurs.

En conclusion, je retiendrai :

  • Pour la belle saison et l’été notamment, le bégonia Dragon Wing, qu’il soit rouge ou rose. C’est le plus robuste, insensible à la plupart des maladies ou ravageurs communs. À marier éventuellement avec des misères.
  • Pour un décor permanent qui va durer plusieurs années, les heuchères, les heucherellas, les tiarellas et les hostas. Ces plantes sont moins florifères, mais elles sont très rustiques et deviennent de plus en plus belles au fil des années. Les trois premières gardent leurs jolis feuillages en hiver, alors que les hostas s’endorment et disparaissent le temps de la mauvaise saison.

 

 

Commentaires (2)

  1. mohair à Paris

    Alain, mercis,
    vous êtes le jardinier parfait pour une Parisienne qui s’intéresse à la terre.
    Vos conseils sont judicieux, vos photos sont belles, vous maniez bien l’outil informatique,
    vous êtes attentifs à vos lecteurs,
    dois-je me prosterner devant vos parents ?
    A bientôt de vous lire,
    Mohair à Paris

  2. therese

    merci bien Alain, car ton article nous concerne aussi: pour l’instance, je garnis l’espace à l’ombre par les hortensia seulement! je vais suivre ton idée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez1