Jardin d’été 2011 au Musée du Quai Branly (Paris 7e)

Du 4 juin au 4 septembre 2011, le Musée du Quai Branly vous propose des lectures, des siestes électroniques, des contes, des ateliers, des découvertes culinaires, des concerts, des rencontres, des visites guidées…

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75), photo Alain Delavie

Cette année, la programmation Jardin d’été du Musée du quai Branly débute à l’occasion de la 9ème édition de la manifestation nationale Rendez-vous aux jardins (les 3, 4 et 5 juin) dont le thème est celui du Jardin nourricier.

À partir du 4 juin, les visiteurs du musée sont conviés à un Eloge de la lenteur en hommage à la tortue, qui inspire la cartographie du jardin conçue par le paysagiste Gilles Clément. Le nomadisme est également au cœur de cette programmation festive aux multiples résonances : contemplation, écoute, rencontres, respect de l’environnement.

Les 25 et 26 juin, les animations de Jardin d’été rejoignent également la célébration des cinq ans du musée du quai Branly, âge d’une première étape de maturité pour une végétation foisonnante et diversifiée selon le concept de « Jardin planétaire » cher à son concepteur.
Le jardin du musée du quai Branly a été pensé par le paysagiste Gilles Clément comme un « jardin planétaire », au cœur d’une réflexion esthétique. Le jardin planétaire est un concept novateur, en prise avec les réalités écologiques de la planète : Gilles Clément questionne au travers des allées qu’il a dessinées « la diversité des êtres sur la planète et le rôle gestionnaire de l’homme face à cette diversité ». Il parvient à un triple constat : « la finitude écologique, le brassage planétaire et la couverture anthropique ».

Jardin d’été est désormais organisé suivant une nouvelle thématique fondatrice : un éloge de la lenteur. En respectant les valeurs et les usages de la tortue, figure inspiratrice de la cartographie du jardin pour Gilles Clément, cet Eloge de la lenteur amène les promeneurs à la contemplation, à l’écoute et à la rencontre. Jardin d’Eté les invite à prendre leur temps, à prendre conscience de la biodiversité des végétaux et incite au respect de l’environnement, deux thématiques majeures pour la création du jardin.

En 2011, la programmation Jardin d’été au musée du quai Branly invite à la découverte des cultures nomades. Conçu autour de dispositifs éphémères imaginés par l’artiste Léopold Banchini, lauréat du Lion d’or à la dernière Biennale d’architecture de Venise, Jardin d’été propose de prendre du recul face à l’agitation parfois frénétique de la vie moderne et d’interroger notre rapport au temps et à l’espace.

Nomad – Une installation artistique éphémère au cœur du jardin
Pour le musée du quai Branly, Léopold Banchini a imaginé NOMAD, un campement qui offre aux visiteurs un espace de détente, de réflexion, un lieu où prendre le temps de se retrouver. L’installation NOMAD est conçue pour s’extraire du territoire parisien, s’interroger sur d’autres modes de vies extra-européens et plus particulièrement sur les pratiques nomades.

Tel un campement nomade, les structures occupent le jardin de manière éphémère. Cette architecture temporaire s’inscrit naturellement dans l’univers du voyage : elle s’adapte au lieu et aux usages, permet avant tout l’itinérance des visiteurs, puis disparaît sans laisser de trace sur la nature lorsque vient le temps de reprendre la route. Le Jardin est occupé selon un processus programmatique et non architectural : le projet de Léopold Banchini replace le promeneur au centre de l’espace. Avec le campement NOMAD, il offre aux visiteurs un lieu directement utilisable qui interagit avec celui qui le parcourt. Ainsi, la mise en scène invite le visiteur à se servir du lieu, en contrepoint avec l’espace contemplatif du musée, pour participer à une expérience nomade.

Prendre le temps de vivre en harmonie avec la nature
L’exploration du jardin se fait avec le rythme et la sagesse de la tortue, pour découvrir un territoire où la nature s’épanouit sans contrainte. Plusieurs activités invitent ainsi à la contemplation : s’installer confortablement sur un tapis en écoutant un conte ; faire la sieste bercé par des musiques électroniques adoucies au contact des sons du monde ; créer un tapis design géant en famille ; écouter des lectures autour du nomadisme par des personnalités du monde culturel ; explorer seul, ou accompagné d’un guide, la richesse botanique du jardin créé par Gilles Clément. Au gré des différents campements nomades, une nouvelle terre d’aventure se dévoile en plein cœur de la capitale.

Le nomadisme interprété par le plasticien Léopold Banchini
Création originale de Léopold Banchini pour le musée du quai Branly, les structures itinérantes dispersées dans Jardin d’Eté sont éphémères. Issues d’objets recyclés et recyclables, de matériaux de récupération, les installations sont posées sur le sol plutôt qu’enracinées : elles n’ont aucun impact écologique et invitent au respect de la biodiversité.
Des tapis sont disposés à même le sol, le long des chemins, des toiles tendues protègent du soleil et des intempéries, et des roulottes revisitées proposent ateliers, rafraîchissements, lieux de rendez-vous et de détente. Le créateur et le collectif 1to100 s’intéressent tout autant à l’art qu’à l’architecture ou aux questions sociales.
Récemment, ils ont abordé des thématiques comme le système pénal et la croissance de son environnement bâti (Rikers Island Project, New York), le son et le volume architectural de celui-ci (Corps sonore, Lausanne), ainsi que les changements sociaux et urbains inhérents aux mutations économiques du royaume du Bahreïn (Reclaim, Biennale de Venise, Lion d’or).

Le dispositif NOMAD imaginé par Léopold Banchini s’articule autour de six campements qui rythment la visite du Jardin du musée du quai Branly.

Six campements Nomad disséminés au cœur du jardin

Campement Point info
Les visiteurs trouvent ici toutes les informations sur la programmation et les activités proposées dans ce Jardin d’été. C’est la première étape de leur voyage, et le point de départ pour les différentes visites proposées aux visiteurs :

  • Jardin de la Tortue, un parcours en famille centré sur la faune autant que sur la flore à la recherche des traces de la tortue semées dans la jardin par Gilles Clément. L’occasion pour les enfants de découvrir certaines espèces végétales et de s’initier à la dimension artistique de cette architecture naturelle.
  • Jardin d’artiste, une découverte de la richesse botanique et artistique du jardin planétaire.

Campement Guinguette
La Guinguette accueille, tout au long de cette période estivale, des séances de contes, des projections vidéo, des photographies provenant du fond photographique du musée, mais aussi les Rendez-vous du Salon de lecture Jacques Kerchache : chaque jeudi, à l’heure du déjeuner, le campement provoque d’étonnantes rencontres au cours de lectures menées par des artistes, comédiens, musiciens…
De nombreux rendez-vous et débats sont proposés chaque semaine en parallèle à la programmation du Salon de lecture Jacques Kerchache.
Une sélection d’ouvrages autour des deux thématiques de Jardin d’été, Eloge de la lenteur et Nomadisme, est mise à disposition dans le jardin pour permettre d’agréables pauses lectures en plein-air.
D’autres options s’offrent au vagabondage des promeneurs : sur les tapis disposés devant la roulotte, ils peuvent s’installer confortablement pour explorer le Jardin des contes : chaque week-end, les conteurs du musée invitent à suivre leurs itinéraires vers l’univers nomade des contes qui voyagent de sagesses d’ailleurs en mythes de création.

Campement Tapis Tapis
Les familles sont invitées à participer à l’atelier imaginé par les Sismo Designers, qui offre l’occasion de tisser un tapis sur la trame géante qui recouvre toute la clairière du Candi. Une création collective et évolutive qui va prendre forme tout au long de l’été : à partir d’une trame au sol recouvrant toute une clairière, les enfants peuvent accrocher, tisser, nouer, tresser au gré de leur inspiration.

Sismo design : Antoine Fenolio et Fréderic Lecourt, designers ont, créée l’agence en 1996. Spécialisés en design industriel, ils réinventent les objets du quotidien à destination du plus grand nombre.
Avec le soutien de Tarkett. En collaboration avec Designer’s Days 2011, parcours parisien du design.

Campement Ice Cream Van
Ce campement, en clin d’œil aux camionnettes des marchands de glace ambulants, permet une pause gourmande, enfants et adultes peuvent y déguster des glaces aux saveurs du monde à l’ombre d’un des 169 arbres qui ornent le jardin.
Le dimanche, à l’heure du brunch, la roulotte imaginée par Léopold Banchini se transforme en cuisine nomade et expérimentale. Le chef invité, Sonia Ezguliann, s’applique à une relecture insolite et curieuse des cuisines du monde autour des cultures du lait sous la forme du traditionnel bento japonais. En collaboration avec Milk Factory, laboratoire de création de la Collective des produits laitiers

Campement Boîte à musique
Mélangeant les genres, les Siestes électroniques invitent à la lenteur en évoquant les cultures nomades, répandant une onde de quiétude sur tous les flâneurs mélomanes. Pour cette occasion originale, le fonds musicologique du musée ouvre aux DJs invités sa collection venant des quatre coins du monde.
Programme des Siestes Electroniques

  • Samedi 04 juin, 15h-19h Etienne Tron & invités – Secousse
  • Dimanche 05 juin, 15h-17h Hicham Chadly – Sublime Frequencies
  • Dimanche 12 juin, 15h-17h Shane Aspegren & Lori Sean Berg – The Berg Sans Nipple
  • Dimanche 19 juin, 15h-17h Romain BNO
  • Dimanche 26 juin, 15h-17h Laurent Jeanneau – Sublime Frequencies
  • Dimanche 03 juillet, 15h-17h Cédric Marszewski – Pilooski
  • Dimanche 10 juillet, 15-17h Brian Shimkovitz – Awesome Tapes from Africa

Campement Théâtre de verdure
Les visiteurs sont inviter à s’adonner à la lenteur du geste initiatique, à travers les pratiques amateurs du Yoga, du Taï-Chi, du Qi-Quong … ou bien à l’écoute d’un concert de jazz par les Farmers by nature.
(ce programme est indiqué sous réserve de modifications)

Le musée du quai Branly et son jardin

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75), photo Alain Delavie

Inauguré en juin 2006, le musée du quai Branly célèbre cette année ses 5 ans, l’âge d’une première maturité pour le jardin conçu et dessiné par le paysagiste français Gilles Clément. Cette espace qui s’étend sur 18 000 m2 enserre l’architecture et crée une impression de foisonnement, un écrin naturel pour les collections.

Imaginé par l’architecte Jean Nouvel, le bâtiment principal du musée est une véritable passerelle sur pilotis, installé au cœur d’un vaste jardin. Sentiers, petites collines, chemins dallés de pierres de torrent, bassins, théâtre ouvert où se donnent spectacles, conférences et concerts, caractérisent ce jardin ouvert sur le quartier, accessible librement au public pendant les heures d’ouverture du musée.

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Jardin du Musée du Quai Branly, Paris 7e (75), photo Alain Delavie

Avec 16 000 m2 plantés, il rassemble 169 arbres et une trentaine d’espèces végétales, qui émergent d’une prairie d’herbes hautes, rousses ou blondes, traversées de chemins étroits liant les clairières les unes avec les autres.

Commentaire (1)

  1. laurent

    Ca, c’est autre chose (que potogreen). Ce jardin est un poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez1