Tomate en pot ou jardinière sur balcon ou terrasse en ville

Les tomates ne sont pas réservées au potager et à la pleine terre. Elles poussent très bien en pot ou en jardinière, sur un balcon ou une terrasse bien exposés au soleil du Midi ou de l’après-midi. La récolte se montre parfois très abondante, surtout avec les variétés à petits fruits. Voici tous les conseils pour réussir la culture de votre pied de tomate en pot.

 

Tomates cerises cultivées dans de grandes jardinières sur balcon

Grandes jardinières de tomates cerises 'Sun Gold', géraniums et hélichrysums; balcon parisien, photo Alain Delavie

Attention, un pied de tomate qui se plaît pousse énormément ! Au moins jusqu’à une hauteur de 1,20 à 1,50 m. Prévoyez suffisamment de place, tant au sol qu’en hauteur. Et évitez les balcons ou terrasses trop ventées.

  • Difficulté de culture
    La culture n’est pas vraiment difficile, mais elle exige une attention régulière et des soins fréquents. Mais elle reste à la portée du jardinier débutant. Elle est bien sûr déconseillée si vous partez souvent pendant l’été et que personne ne peut s’occuper de vos plants de légumes.
  • Semer ou planter
    Le semis (effectué en mars) permet de choisir parmi une plus large gamme de variétés, mais il exige des soins et de la place. La réussite dans un appartement n’est pas évidente, car il faut beaucoup de lumière pour que les jeunes semis ne s’étiolent pas. Pour un ou quelques pieds seulement, il est souvent préférable d’acheter des jeunes plants, surtout qu’il y a suffisamment de fêtes des plantes en région parisienne et ailleurs pour trouver une belle diversité (Fête des Plantes Vivaces de Saint-Jean de Beauregard, Journées des Plantes de Courson ou Jardins, Jardin aux Tuileries à Paris par exemple), sans parler des jardineries qui offrent de plus en plus de variétés en jeunes plants entre mars et mai. Pour un petit nombre de pieds et sans être trop exigeant sur la variété, la plantation est la plus facile et rapide.
    Attendez le début du mois de mai pour effectuer votre plantation de tomates. Plus tôt, c’est trop risqué, car les nuits fraiches bloquent la végétation de ces légumes frileux, la moindre gelée blanche leur étant fatale. Les tomates cerises peuvent même être plantées plus tardivement, jusqu’à la mi juin sans problème. Cela retarde juste un peu la date des premières cueillettes.
    Au moment de la plantation, enfouissez la base de la tige jusqu’aux premières feuilles. Des nouvelles racines vont apparaître sur la tige enterrée et cela donnera plus de vigueur au pied et une meilleure résistance au manque d’arrosage.
  • Exposition
    Ensoleillée à très ensoleillée, avec une exposition en plein soleil au moins la moitié de la journée.
  • Contenant
    Même si les maraîchers produisent des tonnes de tomates à partir de pieds cultivés sous serre avec les racines dans des petits cubes de laine de roche, il est préférable d’installer votre pied de tomate dans un contenant suffisamment volumineux pour résister aux coups de vent dans le feuillage quand la plante aura pris beaucoup d’ampleur et pour vous éviter un arrosage matin, midi et soir en été. Je vous conseille au moins un pot de 25 à 30 cm de diamètre, plus profond que large. En terre cuite ou en résine, peu importe. Si vous maîtrisez bien l’arrosage, il n’y a pas de danger de pourriture avec un pot en plastique. Pour ma part, je préfère la deuxième solution, car les pots en terre cuite sont trop lourds et la terre se dessèche bien trop vite en été. Évitez les pots en terre cuite émaillée, car ils retiennent trop l’humidité dans le sol.
    Vous pouvez aussi effectuer votre culture de tomates dans un Bacsac (pot, Baclong ou Bacsquare).
    Il existe désormais des sacs de terreau prêt-à-planter (Vilmorin, Biolandes). Aussitôt achetés, aussitôt posés sur le balcon ou la terrasse et aussi vite plantés !
  • Substrat
    N’importe quel bon terreau riche et humifère, bien drainé, convient.
    J’ai souvent utilisé les terreaux pour géraniums Fertiligène, mais la gamme des terreaux Tonusol est aussi excellente.
  • Engrais
    Lors de la plantation, mélangez un engrais organique pour tomates dans le terreau, avec un peu de corne torréfiée (cet engrais azoté stimule la croissance de la tomate, il en faut juste un peu sinon la plante donnera trop de feuilles au détriment des fruits). Si vous trouvez des orties fraîches, coupez et hachez quelques tiges feuillées puis enfouissez les sous la motte de la tomate au moment de la mise en place.
    Il existe de nombreuses marques d’engrais organiques, pour ma part j’utilise CP Jardin ou Vilmorin et j’ajoute aussi un peu de guano de chauve-souris. Je ne mets plus d’engrais ensuite, surtout pas d’engrais liquide qu’ils soit chimique ou organique. Simplement parce que tout se retrouve ensuite dans la plante et les fruits. Mais vous pouvez aussi arroser avec une solution de purin d’orties, tant que les fruits ne commencent pas à murir.
  • Arrosage
    Régulier pour maintenir le substrat toujours frais, jamais détrempé ni desséché. Évitez de mouiller le feuillage, arrosez au pied de la tomate et détrempez bien le substrat à chaque arrosage. En été quand il fait très beau et chaud, prévoyez des arrosages quotidiens ou tous les deux jours. Pas de vacances !
    Utiliser un bac à réserve d’eau ? Je vous le déconseille, car l’humidité stagnante risque de faire pourrir les racines entrainant le dépérissement de la tomate.
  • Soins divers pendant la culture
    Les tomates poussent beaucoup et vite, émettant sans cesse de nouvelles pousses à l’aisselle des feuilles. Il faut à la fois les palisser au fur et à mesure de leur croissance tout en les taillant régulièrement, environ une fois par semaine.

    Culture de tomate cerise en pot sur balcon

    Tomate cerise palissée sur la rambarde de mon balcon parisien, été 2010, photo Alain Delavie

    Si on ne taille pas chaque pied, cela devient très vite un buisson inextricable où il est difficile de repérer les fruits, ces derniers ayant plus de mal à murir car le soleil pénètre moins facilement à travers le feuillage de la plante. Prenez l’habitude d’inspecter vos tomates une fois par semaine et coupez à la base les nouvelles pousses qui apparaissent sur la tige principale. Profitez de cette opération pour fixer les nouvelles pousses soit sur la rambarde, soit le long de solides tuteurs, profondément enfoncés dans le bac.

    Culture de tomate cerise en pot sur balcon

    Taille d'un gourmand de tomate cultivée en pot sur un balcon parisien, photo Alain Delavie

    Ne les jetez pas sauf s’ils portent une maladie, mais laissez les sécher et se décomposer au pied de la tomate taillée. Peu à peu cela fera un paillis naturel dont l’odeur repousse nombre d’insectes nuisibles.
    Inutile de laisser les fleurs qui apparaissent en septembre, car les fruits ne pourront pas arriver à maturité. Autant concentrer toute l’énergie de la plante vers les tomates déjà formées et en cours de maturation.
    En fin d’été, surtout si la saison estivale est humide et peu ensoleillée, coupez les feuilles qui cachent les fruits pour que ces derniers reçoivent le plus possible le soleil.

  • Maladies et ravageurs
    Le temps froid et humide rend les tomates très sensibles au mildiou, une maladie cryptogamique qui peut décimer toute une culture très vite. Quand l’été est pourri, il est prudent de traiter préventivement les pieds de tomate, notamment après une période de temps très humide ou après un orage un peu fort, en les aspergeant d’une solution de bouillie bordelaise ou tout autre produit anti mildiou à base d’hydroxyde de cuivre, si possible quand les plantes ne sont pas exposées au soleil. Dans le premier cas, choisissez une bouille bordelaise incolore après dilution, sinon vous allez avoir le balcon des schtroumpfs, avec des pieds de tomates bleus, le crépi en façade et le béton ou la rambarde aussi. Des taches bleues très difficiles à enlever ensuite…
    Une feuille présente des symptômes suspects ? Coupez la, c’est préférable et cela évitera une contamination plus large.
  • Récolte
    Les plants de tomate cerise installés fin avril ou courant mai commencent à donner au cours de la deuxième quinzaine de juillet quand la belle saison est clémente, sans période froide. Les variétés à plus gros fruits sont plus tardives, août et septembre étant les mois principaux de cueillette. La récolte se prolonge en automne quand l’arrière saison est chaude, avec des nuits pas trop fraiches. Quand l’automne devient trop froid, il faut cueillir tous les fruits, murs ou verts, et les laisser poursuivre leur murissement dans une cagette tapissée d’un papier journal.

    Récolte de tomates cerises en pots

    Cueillette de tomates cerises cultivées en pot sur mon balcon parisien, été 2010, photo Alain Delavie

  • Variétés à privilégier
    En pot et en région parisienne, ce sont surtout les tomates cerises qui donnent les meilleurs résultats. J’ai peu à peu délaissé les variétés ‘Poire rouge’ et ‘Poire jaune’, amusantes avec leur forme curieuse, mais qui éclatent à maturité surtout si on arrose beaucoup; ‘Super Sweet 100’ donne une profusion de belles tomates cerises rouge vif à maturité jusque tard en saison, mais les fruits éclatent souvent quand ils sont bien mûrs et avant la maturité, la peau est un peu trop dure sous la dent; parmi les variétés à fruits rouges, ‘Délice du Jardinier’ est une vieille race très courante aux petites tomates délicieuses; parmi les variétés à fruits jaune d’or, ‘Sun Gold’ est très productive, les grappes de fruits pouvant avoir jusqu’à une trentaine de tomates assez grosses pour des cerises, la chair est douce et très sucrée, un régal. Pour moi la meilleure jusqu’à présent.
    Les variétés à plus gros fruits sont plus exigeantes, aussi bien en engrais qu’en arrosage et en soleil. Mais les variétés à grappes de fruits ou celles à fruits moyens et maturité précoce peuvent quand même être tentées. Je vous recommande ‘Green Zebra’, aux fruits verts striés vert clair à maturité et ‘Green Grape’ aux abondantes grappes de fruits verts très sucrés.
    Hormis les variétés à très gros fruits et tardives, je vous conseille d’essayer chaque année une nouvelle variété. Il faut tenter, la culture ds tomates réserve souvent de bonnes surprises !
  • Le saviez-vous ?
    La tomate peut vivre plusieurs années quand on la protège des basses températures. Dans une véranda ou une serre maintenues à températures douces en hiver, elle continue à pousser, à fleurir et à donner des fruits s’ils sont fécondés.
    Les gourmands (=rejets) de tomate coupés se bouturent très facilement dans l’eau ou directement dans du terreau, à la condition de placer la bouture sous atmosphère confinée (mini serre ou sac plastique transparent).

    Bouturage de la tomate dans l'eau

    Boutures de gourmands de tomates cerises sur mon balcon parisien, été 2010, photo Alain Delavie

    Dans un très gros pot ou une jardinière, mariez votre pied de tomate à quelques plants d’oeillets d’Inde (notamment l’oeillet d’Inde estragon, délicieux en salade) et de basilic à petites ou grandes feuilles.
    Évitez d’associer aubergine, piment, poivron, physalis et tomate dans la même jardinière. La concentration de plantes de la même famille (en l’occurrence les Solanacées) ne pourrait qu’attirer davantage les parasites communs à tous ces végétaux.

Commentaires (11)

  1. Johanne

    Je me demandais si les plants était aussi beau et fructueux en pots ou s’il reproduisait plus en terre dans un jardin Et quel en était l’impact des bibites en pot par rapport au jardin. Merci pour les commentaires. Johanne

  2. Johanne

    MerciJulien de vos explications concernant l’engrais liquide et l’engrais solide et sa façon d’agir ainsi que la bio ou la chimique

  3. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    À cette période de l’année, l’arrosage est nécessaire quand le sol sèche en surface. Sans mouiller le feuillage. C’est normal que les jeunes tomates ne murissent pas, la saison est encore trop froide et pas assez ensoleillée. En fait, il est préférable d’acheter des plants sans fruit et de planter tardivement, après la mi mai sinon plus tôt, les nuits fraîches sont préjudiciables à ce légume fruit frileux.

  4. Brebion Micheline

    Comment faut t-il les arroser et combien de fois, moi elles sont sur une terrasse ensoleillée, les feuilles sont toutes fripés et sèches, les jeunes tomates ne murissent pas, je l’ai ai acheté, il y a à peu près 2 semaines, merci.

  5. aurelien

    Ne pas mettre d’ortie sous les pieds de tomates ! Les bactéries utiles au cycle de l’azote et produisant le nitrate sont des bactéries aérobies ! DONC NON

  6. brandon

    bonjour a tous jaimerai essayer de le laiser a lombre le pied de tomates vous en dite quoi ? juste un teste si jarrive en avoir

  7. bety

    j ‘ai 2 plants de tomates devant ma fenetre fautil arroser ts les jrs ? y a des fleurs jaunes dois je les laisser ? helas y a pas de soleil ts les jours ! es ce dommagable ? merci !

  8. julien

    Je ne permet de signaler qu’ au sujet de l’engrais, vous vous trompez:
    L’engrais, qu’il soit à l’état liquide ou solide, est assimilé par la plante. C’est l’engrais qui fournit éléments nutritifs et oligo éléments nécessaires à la croissance la plante. Donc l’engrais se retrouve toujours dans les fruits, mais il est transformé en vitamines et sucres entre autres par la plante (sève brute/sève élaborée…). Mais par contre le choix de l’engrais est important sur sa « fabrication »/composition: Un engrais chimique non naturel aura effectivement des répercutions dans le fruits même après transformation par la plante. Un engrais bio par exemple se retrouvera aussi dans le fruit après transformation mais lui on est sûr qu’il soit naturel donc plus sain.
    C’est pourquoi il ne faut pas tout mélanger.La différence majeure entre l’engrais liquide et le solide, c’est surtout la rapidité d’agissement et la durée d’action qui ne seront pas les mêmes. l’engrais solide est en général plus adapté au traitement de fond, tandis-que l’engrais liquide agit plus rapidement mais moins longtemps.
    J’espère que mon explication est claire et aidera certains…

  9. roseline

    je cherche despersonnes avec qui travailler dans les champ

  10. Leroi

    Depuis 4 ans je fais pousser des plants de tomates de diverses variétés sur ma terrasse ( cerises , petites poires wellow , fournaises , marmandes , et roma ) , ca pousse super bien et nous avons le plaisir de manger nos fruits ; lors de la plantation j’ajoute un engrais a tomates bio et de la bonne terre universelle , je rajoute ensuite 1mois plus tard encore un peu d’engrais bio , du terreau universel , j’arrose pour éviter que l’engrais cuise la tige des plants , ensuite je surveille la progression et j’arrose suivant le temps ( je laisse un peu souffrir les plants pour qu’ils reprennent mieux ensuite )Pour les gourmands j’enlève pas forcement , en tout cas nous nous régalons chaque année , dans une jardinière a coté il y a des piments doux des landes , dans une autre jardinière des oeillets d’indes ( plus de pucerons ni nuisibles ! ) Voila bises a tous

  11. jpp le jardinier

    Sur un balcon, se méfier , avec de jeunes plants, des murs très réfléchissants voir chauffés par le soleil. Je viens de cramer pas mal de plants semé à l’intérieur sous prétexte de les « endurcir ». J’avais négligé les effets d’un soleil digne d’un mois de Juillet et j’avais fait comme d’habitude.
    En période de fructification, je fais régulièrement un apport de purin de consoude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1K Partages
Partagez66
Tweetez
+12
Enregistrer1K
Partagez1