Floraisons printanières sur l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e)

/, fleur, Paris, plante bulbeuse, plante couvre-sol, plante vivace/Floraisons printanières sur l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e)

Floraisons printanières sur l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e)

Réaménagée en 2006, l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e) offre de part et d’autre une succession de massifs plantés d’arbres, d’arbustes et de plantes vivaces, avec un choix d’espèces originales qui offrent un intérêt ornemental même en plein hiver. Le printemps approchant, les floraisons s’y succèdent de plus en plus.

Floraisons en fin d'hiver dans Paris

Cerisier d'hiver (Prunus x subhirtella 'Autumnalis') et hellébores de Corse (Helleborus argutifolius), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Je vous ai déjà parlé des cerisiers d’hiver, à la floraison si légère et scintillante quand le soleil brille et même sous les lampadaires. Il y a aussi les viornes de Bodnant (Viburnum x bodnantense) et de nombreux lauriers tins (Viburnum tinus). Mais sous ces arbustes fleurissent aussi des hellébores. Notamment de très beaux hellébores de Corse (Helleborus argutifolius), aux fleurs vert amande.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore de Corse (Helleborus argutifolius), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Mais aussi de nombreux hybrides d’hellébores d’Orient, dont les fleur penchent malheureusement le plus souvent vers le sol, ne laissant voir que leur revers. Ou alors il faut vraiment beaucoup se pencher…

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore d'Orient (Helleborus x hybridus), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Mais parfois une fleur redresse un peu sa corolle. Superbe variété ! Et il y a bien d’autres coloris.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore d'Orient (Helleborus x hybridus), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Les passants ont du se demander ce que je faisais presque à quatre pattes pour photographier ces roses d’Orient… Mais bon, les originaux sont légion dans la capitale 😉

Quelques narcisses apportent des touches de lumière par ci par la. Auxquels répondent les forsythias, qui n’ont pas été oubliés dans l’avenue.

Floraisons de fin d'hiver dans Paris

Forsythia, bambou sacré (Nandina domestica) et narcisses, avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Accord tonique avec les fruits rouge vif des bambous sacrés (Nandina domestica), toujours aussi beaux.

Floraisons de fin d'hiver dans Paris

Forsythia et tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Et quelques primevères et des grands tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), qui se parent d’adorables épis blanc crème en ce moment. Le pachysandra est un excellent couvre-sol, au feuillage persistant. À planter toutefois en compagnie d’autres végétaux vigoureux, car il devient vite envahissante, même si au début il pousse très lentement.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Forsythia et tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Les plantations de fleurs vivaces ont mis quelques années à s’installer, mais le résultat commence à être bien visible. D’année en année, les parterres sont de plus en plus intéressants.

Le saviez-vous ?
L’avenue Jean-Jaurès est la plus grande avenue du 19e arrondissement de Paris, nommé en 1914 d’après l’homme politique socialiste français Jean Jaurès (1859-1914). Elle relie la place de la Bataille-de-Stalingrad à la porte de Pantin.

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

4 Comments

  1. Laurent 9 mars 2011 at 15 h 43 min

    Moi qui repensais que j’avais oublié de mettre ce commentaire, je reviens pour le signaler, et je m’aperçois que tu parles de Pachysandra… Non! Je n’avais pas rêvé… 😉

    Je n’ai jamais planté le Pachysandra, que je n’aime pas beaucoup, mais l’herbe aux goutteux est une véritable peste qui se faufile partout. Une bonne âme en avait vendu à mon grand-père pour de l’angélique (les feuillages se ressemblent lorsqu’ils sont jeunes), le pauvre se battait encore contre elle des années plus tard.

  2. alain of paris 8 mars 2011 at 20 h 31 min

    Hello Richard, tu as mille fois raison et en plus je pensais au pachysandra, mais je suis parti sur l’herbe-aux-goutteux qui n’est pas persistante en effet. Voila, l’article est modifié et corrigé. Merci !

  3. richard dhennin 8 mars 2011 at 8 h 43 min

    Hello Alain.
    Je ne pense pas que ce soit un tapis d’Aegopodium, mais du Pachysandra non ? (ici l’aegopodium sort tout juste de terre.)

  4. BKL 8 mars 2011 at 7 h 59 min

    les cerisiers je suis fan moi!
    pour ce qui d’être à quatre patte dans paris ça va, moi quand je le fais on me regarde bizarrement par ici hihi=)

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui