Archive journalières: 8 septembre 2010

Exposition « Arbres, regards croisés » à l’Orangerie du Sénat

Depuis une trentaine d’années, le Sénat organise en septembre, dans le cadre exceptionnel de l’orangerie du Jardin du Luxembourg, une exposition placée sous le haut patronage de Monsieur le Président du Sénat, sur un thème ayant trait à l’horticulture, à la botanique ou à l’art des jardins. Cette année, à l’initiative de la Conservation des Jardins, l’Exposition d’automne présente, autour des usages d’arbres les plus connus, les relations étroites que différents acteurs de notre société entretiennent avec ces plantes à grand développement et à la longévité étonnante.

Passé par le prisme du regard et du travail des scientifiques et des artistes, l’arbre prend une nouvelle dimension, qu’il soit platane, marronnier, chêne, érable ou frêne. Au total, ce sont quatorze essences d’arbre qui seront présentées, permettant une approche variée de ces végétaux omniprésents dans notre vie quotidienne.

Déclinée en trois espaces, l’exposition détaille les usages ou services de ces êtres singuliers :
• Arbre et écosystème forestier et urbain
Entre les reliques d’une forêt cathédrale, une toute jeune forêt renaissante rappelle sa capacité naturelle à la résilience et à l’autoréparation après les dommages des dernières tempêtes.

• Arbre et art
3 sculpteurs et 1 graveur dévoilent leurs œuvres pour exprimer leur approche et leurs relations sensibles avec l’Arbre.
Les artistes associés à cette aventure sont : Jean-François Bertrand, Didier Rousseau, Dan Sprinceana et François Houtin, ainsi que les élèves de l’École Boulle.

• Arbre et sciences
Une déclinaison sylvicole d’un laboratoire de recherches est prétexte à présenter les travaux scientifiques des chercheurs du laboratoire Écologie, Systématique et Évolution de l’Université Paris-Sud 11, CNRS, AgroParisTech.
Une vidéo, des animations multimédia et des conférences permettront au public de se familiariser avec les usages du monde savant et de répondre aux questions posées sur le devenir des arbres face aux changements climatiques.

Cette exposition est scénographiée par l’agence Interscène – Thierry Huau, paysagiste DPLG, et réalisée en partenariat avec l’Université Paris-Sud 11 et l’Office National des Forêts.

Infos pratiques :
Du 8 au 27 septembre 2010,
Exposition libre d’accès, de 10h à 18h30.
Orangerie du Sénat,
75006 Paris.
Accès porte Férou (rue de Vaugirard).

D’autres belles promesses de fleurs pour mon mandevilla

Le pied de Strobilanthes prépare une belle floraison automnale, mais mon petit pied de Mandevilla Sundaville ‘Red White Stripes’ n’a cessé de fleurir tout au long de l’été et porte encore de nombreux boutons floraux, annonciateur d’une belle floraison imminente.

Suspension fleurie sur balcon fleuri

Suspension de Mandevilla Sundaville 'Red White Stripes' couvert de boutons floraux, début septembre, photo Alain Delavie

Décidément cette plante exotique est fidèle à sa réputation : sans soucis, facile à cultiver, peu exigeante, très florifère…

Suspension fleurie sur balcon fleuri

Suspension de Mandevilla Sundaville 'Red White Stripes' couvert de boutons floraux, début septembre, photo Alain Delavie

Depuis sa plantation début juillet dernier, les fleurs n’ont cessé de se renouveler, en plus ou moins grand nombre, mais toujours présentes. La fin de l’été se termine avec de belles promesses de fleurs, plus d’une douzaine de gros boutons, qui bientôt vont me donner ces jolies fleurs veloutées, rouge opéra et blanc.

Suspension fleurie sur balcon fleuri

Bouton floral et fleur de Mandevilla Sundaville 'Red White Stripes', début septembre, photo Alain Delavie

Quand les températures deviendront vraiment trop fraîches, je vais essayer de conserver le pied dans une pièce très ensoleillée de mon lieu de travail où j’ai déjà entreposé mon volumineux pied de patchouli. Ce serait dommage de laisser geler ce dipladénia aux grandes fleurs striées et ce d’autant plus que je ne suis pas sûr de le retrouver au printemps prochain dans les points de vente de jardinage où je n’en ai guère vu d’autres. Je ferai d’ailleurs bien l’an prochain une suspension qu’avec des dipladénias, en mariant cette variété avec d’autres à fleurs blanches. J’aurai des fleurs tout le temps et moins de corvée d’arrosage. Car la balsamine qui est plantée avec est décidément trop soiffarde.

La patate douce ‘Sweet Caroline Bronze’ prend de superbes couleurs

Est-ce la fin de l’été ou les basses températures, mais mon pied de patate douce d’ornement (Ipomoea batatas ‘Sweet Caroline Bronze’) prend des teintes pourpres magnifiques, qui se mêlent au rouge vermillon du bégonia Bonfire, splendide à cette période de l’année.

Décorations florales estivales sur mon balcon

Grosse suspension de bégonia Bonfire et d'Ipomoea batatas 'Sweet Caroline Bronze' sur mon balcon, début septembre, photo Alain Delavie

Le jeune plant installé au printemps dernier a beaucoup poussé, donnant de belles et larges feuilles découpées et vivement colorées.

Plante bulbeuse à feuillage décoratif

Feuillage bronze pourpré d'Ipomoea batatas 'Sweet Caroline Bronze' en fin d'été, début septembre, photo Alain Delavie

Pour les grosses compositions, cette patate douce ornementale est vraiment une bonne plante, pas difficile à entretenir et à la croissance vigoureuse. Elle est toutefois un peu moins poussante que la variété à feuillage doré, et c’est tant mieux car je n’ai pas encore réussi à faire pousser et grandir mon balcon ! Les plantes oui, le béton non…

Ce billet est le 1500ème que je publie sur mon blog Paris côté Jardin.
Merci à toutes et à tous de vos visites, de votre fidélité, de vos commentaires. Continuez !
Moi j’ai bien l’intention de continuer, en route pour les 2000 articles…