Archive journalières: 18 juillet 2010

L’althéa, en blanc tout simplement

Arbuste d’été par excellence, l’althéa (Hibiscus syriacus) nous prodigue généreusement ses grandes fleurs simples, semi doubles ou doubles pendant les mois chauds et bien au-delà, seuls les froids l’arrêtant. Différents coloris sont disponibles, mais j’avoue un grand faible pour les variétés à grandes fleurs simples blanc pur.

Arbuste à fleurs d'été

Althéa (Hibiscus syriacus) à fleurs blanches, rue Campagne-Première, Paris 14e (75), juillet 2010, photo Alain Delavie

Virginal, élégant, raffiné…

Arbuste à fleurs d'été

Althéa (Hibiscus syriacus) à fleurs blanches, rue Campagne-Première, Paris 14e (75), juillet 2010, photo Alain Delavie

Plusieurs variétés d’althéa à fleurs blanches sont proposées aujourd’hui :

  • ‘Admiral Dewey’ (fleurs doubles)
  • ‘Diana’ (fleurs simples)
  • ‘Eléonore’ (fleurs simples, obtention Sapho)
  • ‘Jeanne d’Arc’ (fleurs doubles)
  • ‘Totus Albus’ (fleurs simples)
  • ‘William R. Smith’ (fleurs simples)
  • ‘White Chiffon’ (fleurs doubles, obtention Sapho)

Pour obtenir une floraison généreuse, il faut installer l’arbuste en plein soleil et lui prodiguer des arrosages réguliers tout au long de la belle saison. Les fleurs apparaissent sur les nouvelles pousses de l’année. Une taille sévère en fin d’hiver permet de garder un port plus compact, sans pour autant nuire à l’abondance de la floraison. Au contraire, les arbustes non taillés ont tendance à moins fleurir et seulement aux extrémités des tiges. Pour les althéas cultivés en bac, il est préférable d’éliminer les fruits qui se forment et qui contiennent de nombreuses graines. Ils épuisent la plante inutilement et diminuent la floraison.

Floraison de Crepidium metallicum

La minuscule orchidée bijou achetée lors de la dernière édition du salon Édénia 2010 à Cergy-Pontoise (95) a pris de l’ampleur tout en gardant sa superbe couleur pourpre foncé brillant. Une hampe florale toute en finesse se dresse au-dessus du feuillage.

Orchidée bijou

Crepidium metallicum dans son terrarium, juillet 2010, photo Alain Delavie

Dimensions raisonnables pour le feuillage et la hampe florale. Cette petite espèce d’orchidée (Crepidium metallicum) ne déborde pas de son petit terrarium, contrairement à mes autres orchidées bijoux, notamment Macodes petola, que j’ai du déménager car les petits pieds avaient envahi le bac et touchaient le couvercle. J’ai tout transféré dans un grand terrarium en compagnie d’autres espèces d’orchidées bijoux et de mon pied de sélaginelle bleue qui ne cesse de pousser à vue d’oeil. Photo quand tout aura pris plus bel aspect !

Toutes ces plantes que je pensais fragiles et difficiles à cultiver sont en fait sans soucis quand elles sont cultivées dans un terrarium sous éclairage artificiel. Il faut juste faire attention à ne pas détremper le substrat, ni à le laisser trop se dessécher. Pas très contraignant !