Archive journalières: 29 juin 2010

Les blés du Jardin des Plantes de Paris

En 2010, une partie des plates-bandes du Jardin des Plantes de Paris est réservée à la présentation de différentes variétés de blés et autres céréales.

La diversité des céréales exposée au Jardin des Plantes de Paris

Plate-bande de blés dans le Jardin des Plantes de Paris, juin 2010, photo Alain Delavie

70 variétés anciennes et modernes de blé ont été semées en octobre 2009. Du blé poulard et de l’épeautre à l’Apache en passant par le Rouge de Bordeaux ou le Bon Fermier, vous pouvez les admirer en ce moment et observer leurs différences de taille, de couleur ou de formes d’épis.

Totalement ignare en matière d’identification et de reconnaissance des céréales, j’ai découvert « en paille et en épis » une foule de variétés plus belles les unes que les autres. En voici quelques unes, je vous laisse découvrir les autres dans le Jardin des Plantes, ouvert tous les jours. Et profitez-en pour découvrir la collection de pélargoniums, les serres, les arbres remarquables…

Collection de blés et autres céréales au Jardin des Plantes de Paris

Coquelicots et céréales au Jardin des Plantes de Paris 5e (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Collection de blés et autres céréales au Jardin des Plantes de Paris

Blé Poulard d'Auvergne (Triticum turgidum subsp. turgidum) au Jardin des Plantes de Paris 5e (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Collection de blés et autres céréales au Jardin des Plantes de Paris

Grande épeautre de Souabe (Triticum aestivale subsp. pelta) au Jardin des Plantes de Paris 5e (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Collection de blés et autres céréales au Jardin des Plantes de Paris

Seigle (Secale cerale) au Jardin des Plantes de Paris 5e (75), juin 2010, photo Alain Delavie

Une présentation qui fait le bonheur des oiseaux, nombreux dans le Jardin des Plantes. Au fur et à mesure que les grains de céréales arrivent à maturité, celles qui tombent au sol font le régal des pigeons et des ramiers, celles qui restent encore sur les épis font le festin des moineaux, qui se chamaillent allègrement.

Les oiseaux du Jardin des Plantes de Paris se régalent avec les grains de blés et autres céréales

Nombreux moineaux dans les blés du Jardin des Plantes de Paris, juin 2010, photo Alain Delavie

Collection de blés et autres céréales au Jardin des Plantes de Paris

Moineaux dans les blés et autres céréales du Jardin des Plantes de Paris, juin 2010, photo Alain Delavie

C’est le moment de découvrir cette exposition de blés. N’attendez plus trop car le temps de la moisson approche vite…

Première fleur de l’isotoma

Il est des fleurs que l’on acquiert seulement au hasard des échanges de plantes ou des rencontres. C’est le cas pour mon petit pied d’isotoma (Isotoma axillaris) que j’ai troqué lors du dernier Troc Vert de Montreuil-sous-Bois (93) en mai dernier. Une bien belle acquisition qui me donne sa première fleur, merci à Jean-Paul C. !

Fleur annuelle sur balcon

Première fleur du pied d'Isotoma axillaris sur mon balcon, 28 juin 2010, photo Alain Delavie

Tout est charmant dans cette petite fleur annuelle à floraison estivale : le feuillage si finement découpé, les fleurs simples étoilées d’un superbe bleu lavande avec un petit coeur vert fluo, et le parfum paraît-il, car ma potée est trop haute pour mon nez, je n’ai pas encore pu apprécier ce dernier charme.

Je ne sais pourquoi, mais depuis que cette plante a fait son apparition dans les points de vente de jardinage et dans les catalogues, j’avais gardé en mémoire une plante difficile à cultiver, chichiteuse, capricieuse et jolie seulement quand on achète les grosses potées que l’on trouve dans le commerce plutôt que les jeunes plants. Jean-Paul Collaert qui me l’a proposée a été tellement dithyrambique que je n’ai pas plus résisté. Et je ne regrette pas, car les promesses annoncées pour ce petit pied issu de semis semblent se confirmer… Gracieuse plante et charmante fleur n’est-ce pas ?

Isotoma axillaris, mais aussi Laurentia axillaris ou bien encore Solenopsis axillaris… Cette nouvelle venue ou plutôt mal connue car ce n’est pas vraiment une nouveauté, ne manque pas de nom latin. Cette fleur vivace non rustique et cultivée chez nous comme une annuelle est originaire d’Australie. Elle appartient à la famille des Campanulacées. Elle prend un port ramifié en boule sans avoir besoin de taille. Si la couleur bleue est la plus fréquente, il existe des isotomas blancs ou rose tendre.

Où l’installer : en plein soleil, dans une suspension ou une petite jardinière, remplie d’un substrat léger maintenu toujours frais, mais jamais détrempé. En fin d’été, il est possible de prélever des boutures pour les hiverner sous serre ou dans une véranda.

D’autres fleurs du gardénia rustique

La chaleur presque insoutenable de ces derniers jours a provoqué l’explosion des boutons floraux de mon gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes ‘Kleim’s Hardy’). Un bouquet de fleurs parfumées !

Arbuste à fleurs parfumées

Fleurs de mon gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes 'Kleim's Hardy') sur mon balcon, 28 juin 2010, photo Alain Delavie

Je n’ai pas encore trouvé le widget qui me permettrait de vous diffuser le parfum des fleurs…

Arbustes à fleurs parfumées

Fleurs de mon gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes 'Kleim's Hardy') sur mon balcon, 28 juin 2010, photo Alain Delavie

Quand je dis fleuri, c’est même très fleuri !

Arbuste à fleurs parfumées

Fleurs de mon gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes 'Kleim's Hardy') sur mon balcon, 28 juin 2010, photo Alain Delavie

Je vais pouvoir chanter : « Mon beau gardénia, roi des balcons, que j’aime tes fleurs parfumées… »