Archive journalières: 24 février 2010

Gaura et érigéron rescapés du froid

Dans une autre grosse potée située à une des extrémités de mon balcon, je ne donnais pas cher de mes pieds de gaura (Gaura ‘Karalee White’) et de vergerette (Erigeron karvinskianus) après le froid intense et répété de l’hiver. Surprise au moment de tailler les touffes desséchées, de nouvelles pousses pointent !

Reprise de la végétation après l'hiver sur mon balcon

Nouvelles pousses du Gaura 'Karalee White' et de l'Erigeron karvinskianus sur mon balcon, février 2010, photo Alain Delavie

Ici aussi, aucune protection particulière, si ce n’est celle des feuillages que je n’avais pas rabattu à l’automne ou après les premières gelées. Mais au niveau des racines, très exposées au froid dans la potée, pas de protection particulière. Ces plantes qui ne sont pourtant pas réputées très rustiques ont parfaitement survécu aux vagues de grand froid. Mais il faut quand même relativiser, car dans Paris intra-muros, les minima de température n’ont pas atteint ceux de la banlieue et de l’Île-de-France.

Les grosses tiges coupées qui sont visibles sur la photo sont celles du pied d’Hibiscus coccineus, maintenant complètement rabattu. On voit nettement du vert à la base, la souche a bien résisté au froid.

Le gardénia et la fougère houx ont résisté à l’hiver

L’hiver long et les vagues de froid successives n’ont pas abîmé mon pied de gardénia (Gardenia jasminoïdes ‘Kleim’s Hardy’) et ma fougère houx (Cyrtomium fortunei) sur mon balcon. Les feuillages sont impeccables !

Plantes exotiques rustiques

Grosse potée de Gardenia jasminoïdes 'Kleim's Hardy' et Cyrtomium fortunei, février 2010, photo Alain Delavie

Et je ne les ai pas protégés. Ils ont passé l’hiver en plein air (exposition Nord-Est), avec quelques arrosages quand les températures se faisaient plus douces, à presque un mètre de l’appartement. Ils ont même reçu de la neige à plusieurs reprises. Je ne craignais pas vraiment pour la fougère, mais surtout pour le gardénia. C’était son premier hiver sur mon balcon, l’épreuve semble surmontée avec succès.

Je n’en dirai pas autant de mon bambou sacré (Nandina domestica ‘Gulf Stream’) qui a son feuillage très abîmé. Mais l’arbuste est bien vivant, des jeunes feuilles étant visibles sur les branches au centre de la touffe.

Après l'hiver et le froid

Nandina domestica 'Gulf Stream' avec le feuillage abîmé en fin d'hiver, février 2010, photo Alain Delavie

Il a passé l’hiver dans son conteneur d’origine, peu volumineux. Il a peut-être manqué d’eau par moment au plus fort du froid… Il est maintenant replanté dans une grande jardinière, il n’a plus qu’à se refaire une santé. Si nécessaire, je lui ferai une petite coupe de rafraîchissement. Mais patience pour le moment. Et vous, comment vos plantes ont elles passé cet hiver interminable ?