Archive journalières: 16 août 2009

La chaleur dope les plantes exotiques

Après leur réveil très tardif au printemps dernier, les plantes exotiques ont finalement retrouvé leur splendeur sur mon balcon, aidées par les fortes chaleurs que nous connaissons d’ailleurs encore ces jours-ci. Chaud, très chaud même !

Sur mon balcon, j’ai vu la différence après quelques jours d’absence. Certaines espèces ont pris des proportions étonnantes en si peu de temps. Tel mon pied de Nicandra physaloïdes, qui il a peu dépassait la rambarde, rambarde qu’il cache désormais et dépasse d’au moins trente centimètres.

Les hibiscus rustiques (Hibiscus coccineus et H. coccineus ‘Alba’) sont plus grands que moi désormais, la variété blanche ayant même dépassé les deux mètres de hauteur.

(Hibiscus coccineus ‘Alba’)
(Hibiscus coccineus)

Et ils sont couverts de gros boutons floraux, qui présagent une abondante floraison, sous réserve de chaudes journées jusqu’en septembre.

Les pieds d’Impatiens sodenii susbp. sodenii forment des touffes d’un bon mètre d’envergure, avec de nombreuses fleurs, très grosses.

Quant au petit pied d’hibiscus rose de Chine (Hibiscus x rosa-sinensis) acheté en solde, ses boutons floraux ont encore bien grossi. Il y en a un qui va bientôt s’ouvrir.

C’est l’été, le balcon pousse à vue d’oeil !

Le sarrasin, en feuilles et en fleurs

Les galettes ou la farine de sarrasin sont à peu près connues, tout du moins par les amateurs de crêpes et les cuisiniers avertis. Mais la plante, le sarrasin, l’avez-vous déjà vu sur pied ? Voici quelques photos rapportées de mon court périple en Bretagne…

Photos prises sur la côte bretonne, près de Saint-Méloir-des-Ondes (35)

À la mi-août, le sarrasin ou blé noir (Fagopyrum esculentum) est donc en pleine floraison, tout du moins en Bretagne Nord. Sa floraison fait le bonheur des insectes pollinisateurs car les fleurs sont très mellifères.
Cette plante annuelle n’a rien à voir avec le blé d’un point de vue botanique. Cette espèce annuelle appartient à la famille des Polygonacées (le blé, celle des Poacées). Bien qu’utilisées comme une céréale, ses graines ne contiennent pas de gluten. C’est une culture en voie de disparition en France, dans les régions où les sols sont pauvres et acides.