Archive journalières: 6 août 2009

Paris vu de haut, très haut…

La fête foraine s’est installée pour l’été dans les jardins des Tuileries (Paris 1er), avec sa grande roue, attraction que j’apprécie toujours autant, surtout quand le baromètre est au beau fixe. Sensations et paysages uniques !
Et c’est parti pour Paris vu d’en haut !
Géraniums lierres à tous les étages… On ne voit qu’eux !

Aussi petits soient les balcons, il y a des plantes au-dessus de Paris, sur les toits…

C’est le moment d’en profiter et de découvrir la capitale par en haut, à 360 °…

Tomate tardive

Pour combler un trou au pied de mes hibiscus rustiques (Hibiscus coccineus), j’ai eu l’idée d’y implanter un pied de tomates cerises F1 Sweet 100. Acheté et planté très tardivement, mi juillet. Et bien les fleurs sont déjà là !

De la fleur à la tomate dans l’assiette, le chemin sera encore long. Je m’y suis pris vraiment tard, même pour des tomates cerises qui mûrissent plus rapidement que les variétés à gros fruits. Mais si l’été est chaud et puis j’avais envie de tenter l’expérience, d’autant plus que le balcon ne reçoit le soleil que le matin, jusque vers 11 heures. Si j’obtiens des fruits en fin d’été, je recommencerai l’an prochain, au printemps cette fois-ci.

Les bégonias se ramassent à la pelle…

Mes bégonias sont superbes, des cascades de fleurs qui ne cessent de se renouveler. Et de tomber, tomber, tomber !

Ca c’est en une journée seulement… J’ajoute un geste supplémentaire à ma liste des travaux à faire au jardin et au balcon en août : balayer les fleurs fanées, encore et toujours !!!

Et bien sûr, Dame Iris la chatte ne trouve rien de mieux que de poser son cul en plein dans les fleurs fanées, histoire d’en rapporter quelques unes dans l’appartement… C’est tellement drôle une grosse fleur rouge bien écrasée sur le parquet !

Croissance vertigineuse du Nicandra

Le 17 juillet dernier, je vous parlais de ma plante témoin pour savoir quand ou non arroser une grande jardinière. Et bien le petit pied de Nicandra physaloïdes a énormément poussé !

Avec les chaleurs de juillet et d’août, des arrosages réguliers aussi, il a désormais dépassé le haut de la balustrade. En trois semaines !

Et il s’apprête à fleurir, le premier bouton floral est visible.
Toujours aussi efficace comme plante témoin d’un manque d’eau. Encore plus même, car les feuilles sont immenses maintenant et quand elles baissent du limbe, ça se remarque très vite 😉