Le cabaret des oiseaux du parc de Bercy

Le potager du parc de Bercy (Paris 12ème) héberge une bien curieuse plante sauvage, la cardère ou cabaret des oiseaux ou cuvette de Vénus.
Pourquoi cabaret des oiseaux ? La réponse en photos…La base des feuilles forme une cuvette naturelle où les eaux de pluie sont recueillies. Un point d’eau se crée, pas uniquement pour les oiseaux mais aussi nombre d’insectes.

La cardère tient un rôle important dans l’équilibre biologique du jardin et dans le maintien d’une biodiversité importante :
– Ses feuilles inférieures, réunies par deux à leur base, forment un réservoir qui permet de recueillir au total jusqu’à un litre d’eau… Un véritable abreuvoir naturel. La chenille d’un papillon nocturne, le sphinx-bourdon, se nourrit du feuillage.– Ses fleurs sont une excellente source de nectar pour les abeilles, les bourdons, les syrphes et les papillons. Parmi les papillons particulièrement attirés par ces fleurs figurent notamment le paon du jour, le vulcain, la belle-dame, le tabac d’Espagne…
– Ses graines (jusqu’à 600 par tête) attirent les oiseaux granivores et notamment le chardonneret élégant, le tarin des aulnes ou la linotte mélodieuse. Ces graines sont très recherchées par les oiseaux du fait de leur richesse calorique : elles contiennent jusqu’à 22 % de lipides.
– Ses tiges creuses, lorsqu’elles se dessèchent au cours du deuxième hiver, servent de site d’hivernage à de nombreux insectes.

La Hulotte, « le journal le plus lu dans les terriers », encourage la culture de la cardère (Dipsacus fullonus). Vous pouvez obtenir un sachet de graines contre une enveloppe timbrée à votre adresse + un timbre à 0,56 euros. À adresser à :
La Hulotte, 8 rue de l’Église, 08240 Boult-aux-Bois.

Commentaires (2)

  1. payday loans

    http://www.pariscotejardin.fr is very informative. The article is very professionally written. I enjoy reading http://www.pariscotejardin.fr every day.

  2. Eliane

    merci Alain pour ce rendez-vous très régulier .Ça fait du bien au moral de passer des infos, qui parfois me plombent, aux nouvelles de la faune et la flore, là, tout prés, à portée de mains et des yeux.
    Cémoa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez