Archive journalières: 16 juillet 2009

Chaleur : certaines plantes aiment, d’autres pas…

Bien content d’avoir la clim dans mon bureau toute la journée, car la chaleur en sortant était plutôt accablante aujourd’hui. Sur le balcon, les plantes résistent, certaines mieux que d’autres.

L’impatiens africaine (Impatiens tinctoria) est celle qui souffre le plus. La sécheresse de l’air urbain ne lui convient pas et les araignées rouges commencent à faire des dégâts, les feuilles jaunissant petit à petit, mais avec quand même des nouvelles pousses à la base. La renouée panachée (Fallopia japonica ‘Variegata’) a le bord des vieilles feuilles complètement desséché. Ce qui me rassure, c’est qu’elle fait plein de nouvelles feuilles et que même dans les Vosges, j’ai vu des pieds avec des feuilles desséchées alors que le jardin était très humide. Avec les plantes panachées, c’est souvent difficile ! Les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Alba’) résistent pas mal, moyennant des arrosages copieux presque tous les jours. Sol frais obligatoire sinon le feuillage se dessèche et se recroqueville en un rien de temps. L’impatiens bleue de l’Himalaya (Impatiens namchawarbensis) fleurit abondamment, mais le feuillage commence à souffrir de la sécheresse ambiante.

Tout le reste se porte très bien, toujours avec des apports d’eau réguliers, pratiquement chaque jour avec ces températures très élevées. Bien sûr les plantes exotiques sont à la fête. Les sauromatums (Typhonium venosum) ont déployé leur large feuille découpée. Les hibiscus rustiques (Hibiscus coccineus et la variété ‘Alba’) sont maintenant arrivés au-dessus de la balustrade. Plus d’un mètre de hauteur, ils devraient en principe encore doubler. Ils sont superbes, mais les boutons floraux ne sont toujours pas apparus. Ils ont du retard cette année… Quant aux impatiens sodenii (Impatiens sodenii subsp. sodenii), elles ont formé des buissons de près d’un mètre de hauteur. Cette espèce supporte sans problème chaleur et soleil, avec de l’eau au pied en abondance. Tous les bégonias poussent sans problème car leurs racines ne manquent pas d’eau. Les bégonias Dragon Wing commencent à devenir spectaculaires, véritables bouquets de fleurs écarlates qui se renouvellent sans cesse. Mon pied de saruma (Saruma henryi) que je vantais en début d’année est maintenant arrivé au niveau de la balustrade, avec toujours des fleurs et son lot de graines qui se répandent un peu partout.

Bref, ma petite jungle urbaine prend forme et vigueur. Et la corvée d’arrosage bat son plein ! Double d’ailleurs, car je joue le gardien d’un autre balcon pendant que ses propriétaires sont partis se dorer au soleil du grand Sud. Mais bon, j’arrête mon bavardage, car l’orage menace, les éclairs sillonnent le ciel, impressionnant !

Clôture verte à la gare de Ris-Orangis (91)

La gare de Ris-Orangis (Essonne) a été choisie pour expérimenter un nouveau concept de clôture.

Il s’agit d’une haie d’épineux (Poncirus trifoliata), spécialement conçue pour dissuader et résister à toute tentative d’intrusion et de franchissements répétés. Cette opération vise à régler les problèmes de dégradation de clôture dans cette gare.

Les végétaux dissuasifs, fortement armés d’épines, sont tressés entre eux jusqu’à une hauteur de 1,80 m environ. La haie n’offre aucune portance et ne peut donc pas être franchie par le haut. Le tressage assure une densité impossible à franchir et très difficile à découper. Il renforce aussi la résistance à l’enfoncement ou l’arrachement. Afin d’éviter tout risque de blessure, la haie d’épineux est entourée de deux autres haies de végétaux inoffensifs :
– côté grillage, une haie de Ligustrum ibota à croissance rapide,
– côté quai, une haie de spirées.

Deux autres haies de ce type ont été plantées au printemps dernier sur la ligne J (Paris – Mantes-la-Jolie) dans les gares de Limay (en photo) et Issou Porcheville (Yvelines).

Si cette expérimentation s’avère concluante, ce concept pourrait être mis en place dans les autres gares de la ligne du RER D ayant des problèmes d’intrusion par dégradation de clôture.

Manhattan, étagère de douche ou de plantes…

Quand on manque de place, il faut avoir des idées, plein d’idées pour trouver toujours plus de coins où installer ses nouvelles plantes d’intérieur. En passant chez Leroy Merlin, j’ai acheté une étagère télescopique Manhattan, vite installée.

Initialement, cette étagère chromée est vendue pour la salle de bain, où elle s’installe dans un des coins de la baignoire ou de la douche. Le tout sans avoir à visser ou clouer quoi que ce soit. Pour moi, c’est devenu une étagère à petites plantes d’intérieur. Les quatre étagères triangulaires sont étroites et n’acceptent que des petites potées, 10 à 12 cm de diamètre au maximum, mais c’est déjà très précieux. Et surtout, l’ensemble n’occupe pas de place au sol et se loge idéalement entre mes deux battants de porte-fenêtre.

En hiver quand la fenêtre sera le plus souvent fermée, je peux même tourner l’une ou l’autre des étagères pour que les plantes reçoivent le maximum de lumière possible, sans trop gêner celles qui sont plus en arrière (ni cacher le soleil de la chatte frileuse).

Je suis assez content de mon acquisition et de mon détournement, si vite installée…